Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/44/d503544884/htdocs/AN/wp-includes/pomo/plural-forms.php on line 210
Point-Presse : Saïd Larifou dénonce des propos “indignes” | ASSISES NATIONALES DES COMORES











Point-Presse : Saïd Larifou dénonce des propos “indignes”


Le gouverneur de Ndzuani, dans une conférence de presse mercredi au Select, avait critiqué avec véhémence les assises et le Cpan. Le porte-parole du comité de pilotage parle “de propos indignes” et affirme que “personne ne peut prendre ce pays en otage” d’autant plus que “ce pays n’appartient pas aux politiciens”. Dans le cadre de cet entretien, Larifou a confirmé la mise en place des commissions, technique, organisation et communication au sein du Cpan et informe par la même occasion que 25 thèmes sont déjà retenus et qu’il y aura prochainement “des caravanes et un village Assises à Kalaweni”.

Au lendemain de la sortie du gouverneur de Ndzuani qui appelle à un nouveau processus, le porte-parole du Comité de pilotage des assises nationales (Cpan) a tenu à rebondir sur ses propos.

Dans un entretien accordé à Al-watwan, Me Saïd Larifou a déploré les propos de Salami Abdou Salami à l’encontre des assises et du Cpan. “Ce pays n’appartient pas aux politiciens et personne ne peut empêcher les Comoriens de prendre en main leur avenir. Cette occasion historique sera saisie par toute la population n’en déplaisent  à ceux qui se plaisent de voir le pays rester dans cet état. Nous prendrons en compte les opinions divergentes mais personne n’a le droit de prendre ce pays en otage” a fermement réagi, Said Larifou.

Pour ce dernier, il règne un climat de stabilité et de cohésion sociale raison pour laquelle, “aucun trouble ne sera toléré”. Said Larifou appelle à la retenue et aux propos responsables parce que selon lui,

 

les interventions de Salami ne sont pas dignes d’une grande autorité. S’il est élu, c’est qu’il représente un courant de pensée sauf que ce dernier doit incarner l’unité et la solidarité et non la division. Faut-il rappeler que le Cpan n’est qu’une structure technique et que les positions doivent être défendues uniquement dans les assises ? Pour le moment les débats n’ont pas commencé que je sache.

 

Trois commissions en place

Malgré les attaques du gouverneur de Ndzuani, le porte-parole du Cpan tient à rappeler qu’il est choisi non pas par Azali Assoumani mais bien par 19 partis et mouvements politiques. Il louera par la suite “l’esprit positif et de tolérance incarné par le Cpan”. Un esprit qui permettra de dégager une bonne image susceptible de permettre de convaincre les sceptiques selon toujours notre interlocuteur. Loin de se démonter, Said Larifou tient à souligner que le caractère inclusif du Cpan et des assises est de mise.

 

Le gouverneur Salami devrait dire que seuls son représentant et celui du conseil de l’île de Ndzuani sont absents. Des délégations de Ndzuani et de Mwali ainsi que les représentants des autorités mohéliennes sont là depuis le début. Il tient des propos qui mettent à mal l’intérêt commun pour privilégier les intérêts insulaires et partisans. En tout cas je tiens à lui dire qu’il n’y a pas de crise et qu’il n’y en aura pas a-t-il dit.

 

Revenant sur les activités du Cpan, Larifou a fait savoir que trois commissions ont été mises en place à savoir la commission technique présidée par Said Ahmed, la commission d’organisation des assises sous la présidence de Sittou Raghada Mohamed et la commission de communication dont le poste de président est occupé par Djaé Ahamada Chanfi.

“Elles sont déjà à pied d’œuvre pour sortir les calendriers de leurs activités. Pour la commission technique, 25 thèmes sont déjà choisis en attendant les sous-thèmes et les thèmes qui viendront des différentes contributions. Pour la commission de communication, des caravanes, des rencontres et des déplacements seront effectués pour vulgariser les assises et faire en sorte que toute la population se les approprie” a expliqué notre source qui a révélé la création prochaine d’un “village assises” au Kalaweni.
Il affirme également que des thèmes seront délocalisés dans les îles et dans les régions “histoire de ne pas tout concentrer à Moroni”.

 

Source : Mohamed Youssouf – Al-Watwan du 24.11.2017


Fil Twitter